Péché d’orgueil à la cathédrale

Chaque mois, le rendez-vous inter-blogueurs « En France aussi », initié par Sylvie, (« Le coin des voyageurs »), vous emmène visiter la France autour d’une thématique. Pour ce mois de juillet, Eimelle Laure, du blog « Les carnets d’Eimelle », nous propose de faire un tour de France des 7 péchés capitaux. Vous pouvez retrouver l’intégralité des articles sur ce thème sur cette carte publiée sur le site En France aussi. Ceci est ma modeste contribution.

 

Aujourd’hui, j’avais envie de vous conter l’histoire d’une cathédrale. Oh, pas n’importe quelle cathédrale ! MA cathédrale. Celle que je vois depuis mon balcon. Celle dont le carillon rythme la vie de ma ville. Cette cathédrale, c’est Saint-Pierre de Beauvais, l’une des plus belles incarnations du péché d’orgueil à travers les siècles.

Voilà la fascinante histoire d’un phénix un poil présomptueux, mais qui fait la fierté de toute la ville.

Cathedrale_Beauvais_1

Péché d’orgueil n°1 : le concours de biiiiip

Nous sommes en novembre 1225. J’imagine les hommes et les femmes de l’époque pester contre le brouillard tenace qui règne ce matin-là (il devait y avoir du brouillard, il y en a presque tous les jours de novembre en Picardie). Mais ce brouillard a un je-ne-sais-quoi différent. Il est un peu sombre et porte une odeur âcre. Un incendie ! La vieille cathédrale de style carolingien tardif est en train de flamber, et les dégâts sont considérables.

L’évêque de l’époque y voit une formidable opportunité pour bâtir une nouvelle cathédrale. Et surtout de briller en société. Qu’à cela ne tienne, SA cathédrale sera la plus grande de toute la chrétienté (rien que ça) ! Vu les querelles de clocher entre les évêchés au XIIIe siècle, il n’était de toute façon pas concevable de faire plus petit qu’Amiens, qui était alors ce qui se faisait de plus vaste dans le monde gothique à l’époque.

Cathedrale_Beauvais_2
photo inédite de l’évêque de l’époque, tout fier que son « bébé » dépasse en hauteur la cathédrale d’Amiens

Au caprice d’un évêque s’ajoutera une vision un tantinet audacieuse et optimiste des bâtisseurs de cathédrale, et voilà les conditions réunies pour un premier épic fail. Douze ans seulement après l’achèvement du chœur, patatras ! Une tempête exceptionnelle. Le vent, d’une puissance inquiétante, fait vaciller quelques arcs-boutants. L’épaisseur de ceux-ci avait été réduite pour faire entrer davantage de lumière. Mauvais choix. Avec une telle hauteur, l’édifice offrait une prise au vent importante et nécessitait au contraire une structure renforcée. Des dégâts sur un arc-boutant déstabilisent la cathédrale, qui se résume alors à son seul chœur, et entraîne l’effondrement de quelques contreforts et de la plus haute voûte gothique au monde (48,5 mètres – à titre de comparaison, Notre-Dame de Paris est à 33 mètres). On doublera alors les travées du chœur pour consolider l’ensemble de la structure du bâtiment sacré. Ces travaux seront achevés en 1347.

Dans leur course au gigantisme et à l’audace, les architectes du Moyen-Age avaient repoussé les limites techniques un peu trop loin.

cathédrale Saint-Pierre de Beauvais - transept Nord
Trop de hauteur sur cette photo du transept Nord

Péché d’orgueil n°2 : une flèche pas vraiment à la hauteur

Epidémies, Guerre de cent ans, siège de la ville…, une longue période trouble stoppe net l’avancement des travaux de construction. Le XVe siècle s’achève et la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais se résume toujours au chœur (le plus haut du monde) et à l’abside. En 1500, on décide enfin d’édifier le transept. Cela prendra une bonne cinquantaine d’années. Lui aussi s’élève à 48,5 mètres, comme le chœur. Celui-ci demeure fragile, et il serait raisonnable d’achever la nef de la cathédrale pour stabiliser l’ensemble de l’édifice.

Au lieu de cela, le chapitre de la cathédrale préfère ajouter une flèche gigantesque au-dessus du chœur, histoire de rendre visible le lieu de culte d’encore plus loin (foutu orgueil). En 1569, St Pierre de Beauvais culmine désormais à 153 mètres de haut, un record mondial pour un édifice religieux. Record qui tombera 4 ans plus tard suite à… l’effondrement de ladite flèche. Nous sommes en 1573 et les fidèles sortaient à peine de la messe de l’Ascension. C’est un véritable miracle que la catastrophe ne fasse aucune victime.

Cathedrale_Beauvais_4
Résultat : un moignon en guise de flèche et un immense mur d’ardoises et de briques pour fermer la nef inachevée

Les dégâts du deuxième effondrement auront raison des projets d’achèvement de la cathédrale. Le coût des réparations est trop élevé pour envisager de poursuivre la construction de la nef, qui ne comporte alors qu’une unique travée. La cathédrale est fermée par une haute palissade en bois, couverte d’ardoises à l’extérieur. Il y aura bien des projets de reprise des travaux au XIXe siècle, mais ils resteront sans suite. Tant mieux pour nous, cela nous permet aujourd’hui admirer le superbe palais épiscopal (aujourd’hui Musée de l’Oise) et sa voisine la Basse-Œuvre, l’ancienne cathédrale du Xe siècle dont il reste 3 travées (sur les 9 originelles).

Cathedrale_Beauvais_5
Sans transition… La Basse-Oeuvre fait tout riquiqui à côté de la « Haute-Oeuvre » !

Péché d’orgueil n°3 : les tirants pas très attirants

J’ai grandi dans cette ville avec cette folle rumeur en toile de fond : la cathédrale Saint-Pierre serait en train de s’écrouler. J’ai toujours entendu dire que c’était parce que la cathédrale est bâtie sur un sol marécageux. Il n’en est rien, les fondations sont bien solides. Les fissures apparues à la fin du XXe siècle sont là encore le résultat d’un double péché d’orgueil. Celui d’Aymar Verdier et de ses dignes successeurs des années 1960.

Aymar Verdier était un architecte du XIXe siècle. On l’a chargé de restaurer la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais. Et il prit la pire décision de sa vie : monsieur décida de retirer une partie des tirants de fer qui reliaient les arcs-boutants entre eux, parce que soi-disant ça faisait moche. Cet architecte devait certainement ignorer que leur existence participait à la stabilité générale de l’édifice.

Cathedrale_Beauvais_6
Avouez, vous aussi vous les trouvez moches ces tirants !

Ses camarades des années 1960 lui ont emboîté le pas en supprimant les derniers tirants, jugés inutiles (la bonne blague) et inesthétiques. 20 ans plus tard, des fissures inquiétantes apparaissent au niveau du transept de la cathédrale. Dans le milieu des années 1990, on installe d’impressionnantes poutres en bois pour étayer les piliers du transept. Les tirants sont progressivement réinstallés au début des années 2000, permettant à la cathédrale de retrouver un semblant de stabilité. Et oui, les tirants métalliques limitent les oscillations du bâtiment en cas de forts vents.

Bref, cela fait beaucoup de temps, d’argent et d’énergie dépensés pour un simple problème d’orgueil, vous ne trouvez pas ?

Cathédrale Saint-Pierre de Beauvais - le transept Sud
Au transept sud l’honneur de l’entrée principale

 

A vous de jouer !

Maintenant que les présentations sont faites, je vous propose un petit jeu. Rendez-vous à la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais et observez. Observez bien hein ! On y voit encore clairement les traces des vicissitudes de la cathédrale, indices visibles des péchés d’orgueil qui s’y sont succédé (zut, la règle de l’accord du participe passé sur les verbes pronominaux m’échappe ; veuillez m’excuser si la langue française a été écorchée dans cette phrase).

N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous en avez trouvés. 😊

cathédrale Saint-Pierre de Beauvais - le choeur
48,5 mètres de hauteur les amis ! Vous avez sous vos yeux le plus haut chœur gothique au monde. L’œil de lynx aura déjà repéré des traces des remaniements structurels.

Bon, ce petit jeu est surtout un prétexte pour vous inciter à découvrir cette merveille gothique et atypique. Outre la hauteur inégalée de son chœur, la cathédrale renferme plusieurs joyaux.

On doit l’attraction la plus spectaculaire de la cathédrale Saint-Pierre à Auguste-Lucien Vérité, horloger beauvaisien du XIXe siècle. 12 mètres de haut, 5,12 mètres de large, 53 cadrans, 63 automates, près de 92 000 pièces et 15 moteurs pour faire fonctionner le tout et un inimitable style romano-byzantin : voilà les mensurations de l’horloge astronomique de Beauvais, probablement l’œuvre la plus aboutie de l’horloger (et la plus belle de France amha, hashetague chauvinisme). Un véritable bijou qui s’anime une fois par heure en faisant vivre aux spectateurs ébahis la scène du jugement dernier au moyen d’un ingénieux système d’automates.

Cathédrale Saint-Pierre de Beauvais - l'horloge astronomique
Fascinante horloge astronomique

Juste à côté, il est une petite horloge un peu oubliée, méprisée par la plupart des visiteurs qui la trouvent bien pâlichonne à côté de la spectaculaire horloge astronomique. Elle est pourtant la plus ancienne horloge médiévale à carillons toujours en état de marche.

Déambulez dans le déambulatoire pour admirer les vitraux. Si certains ont beaucoup souffert de la guerre, il en demeure quand même de jolis spécimens anciens.

Il vous reste à découvrir le cloître, tout mimi avec son appareillage en briques et son petit jardin.

Cathedrale_Beauvais_10
Je n’avais pas de photo du cloître alors je vous offre cette jolie photo fleurie du chevet

Visiter la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais : infos pratiques

Heures d’ouverture :

  • du 1er avril au 30 septembre : 10h – 18h15
  • du 1er octobre au 31 mars : 10h – 12h15 / 14h – 17h15

Visite libre. L’office de tourisme du Beauvaisis propose, en été, des visites avec guide conférencier pour la modeste somme de 5€ .

Pour assister au spectacle de l’horloge astronomique : séances à 10h30, 11h30, 12h30 (d’avril à septembre uniquement), 13h30 (d’avril à septembre uniquement), 14h30, 15h30, 16h30

De 3 à 5€ la place (achat des billets à l’intérieur de la cathédrale)

Cathédrale Saint-Pierre de Beauvais
Qui dit Journées européennes du patrimoine dit vue alternative depuis les grandes orgues. Vous la voyez mieux la hauteur là ?

Conseil gratos : le meilleur moment pour visiter la cathédrale Saint-Pierre de Beauvais est lors des Journées européennes du patrimoine. L’association Beauvais Cathédrale, qui gère les visites, ouvrent généralement l’accès aux grandes orgues ce jour-là (avec un guide), ce qui vous permet de profiter d’un point de vue inédit et spectaculaire sur le chœur. C’est aussi le seul jour où vous pourrez accéder à ND de la Basse-Œuvre (ce qu’il reste de l’édifice carolingien tardif d’origine).

Cerise sur le gâteau, vous pourrez admirer, la nuit tombée, le sublime son et lumière de Skertzò sur la façade.

Cathedrale_Beauvais_14

A voir aussi dans la région

 

Cet article t’a plu ? N’hésite pas à l’épingler sur Pinterest !

Cathedrale_Beauvais _Pinterest

20 commentaires sur “Péché d’orgueil à la cathédrale

    1. Pour manger du gothique matin midi et soir, un petit tour en Picardie ne serait pas de trop (si ce n’est déjà fait) ! C’est ici qu’on trouve la plus belle concentration de cathédrales gothiques. Celle d’Amiens est remarquable, et c’est de loin ma préférée. Et, un peu plus loin, que dire du Duomo de Milan, où il faut absolument monter sur le toit (à pied, pas par l’ascenseur) pour profiter de vues impressionnantes sur les dentelles de pierre ?

      J'aime

  1. Vraiment superbe cette cathédrale, que j’ai eu la chance de visiter quand j’habitais autrefois en Picardie. L’horloge est étonnante aussi, et d’une complexité incroyable. C’est vrai que cette région possède de très belles cathédrales gothiques. J’aime beaucoup aussi celle de Reims. Merci pour ce beau reportage.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que le mécanisme de l’horloge est extraordinaire. Lors d’une précédente Nuit des musées, un guide m’a montré le soubassement, avec la fosse pour les contrepoids qui n’est pas alignée avec l’horloge (l’horloge a été tournée d’un quart de tour). Il y a tout un système de poulies à l’intérieur pour que ça fonctionne.

      J'aime

    1. Merci Sabrina de ta visite. Ce n’est pas la plus belle des cathédrales gothiques (j’ai un faible pour celle d’Amiens) mais j’aime son côté « pas comme les autres ». J’adore surtout le fait de pouvoir observer de visu les conséquences de ces déboires sur l’architecture de cette cathédrale. Il y a plusieurs indices et c’est un jeu de les trouver.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.