Milos, l’île qui t’en fait voir de toutes les couleurs

Milos, l’île qui t’en fait voir de toutes les couleurs

Milos, c’est un peu la palette du peintre des Cyclades : on y trouve toutes les couleurs de roches possibles, avec un rendu scénographique particulièrement réussi. L’île la plus à l’ouest des Cyclades a su nous séduire par sa géologie étonnante et ses petites maisons de pêcheurs lovée dans des criques à l’eau cristalline. Ses paysages tout en contrastes sont le fruit d’un volcanisme encore bien présent. Frustrant quand il ne nous reste plus que 2 jours mais quelle claque visuelle !

En haut d’île de Ré

En haut d’île de Ré

Faute d’un point de vue naturel satisfaisant, j’ai un jour gravi les 117 marches du clocher-observatoire de l’église de Saint-Martin-de-Ré, juste pour voir. Bravant la fatigue et les intempéries, j’y ai rencontré un panorama époustouflant sur le village, son riche patrimoine dont les fortifications Vauban sont un fleuron, et bien entendu sur l’île de Ré en général.

La corniche basque, chronique d’une disparition annoncée

La corniche basque, chronique d’une disparition annoncée

Entre Ciboure et Hendaye, la corniche basque, joyau d'Euskadi, est en souffrance. Ce magnifique sentier littoral, qui s'achève en apothéose à la pointe Sainte-Anne et au domaine d'Abbadia, n'est désormais plus accessible sur toute sa longueur en raison de l'érosion qui affecte l'ensemble du littoral français. Une disparition annoncée et quelques photos offertes au fil de ce billet en guise de souvenir, pour toi public !

Arles, panem et circenses

Arles, panem et circenses

Arles, 2500 ans d’histoire, une « mini-Rome » et un fleuve qui n’a toujours pas livré tous ses secrets archéologiques ont séduit l’amatrice de ruines romaines que je suis. Deux jours ne suffisent pas pour tout voir (loin de là) mais te donneront déjà un bel aperçu de la richesse patrimoniale de cette ville.

Saint-Véran, autant en emporte le temps

Saint-Véran, autant en emporte le temps

Du haut de ses 2040 mètres d’altitude, Saint-Véran picore les étoiles et aligne ses vieilles fustes au soleil étincelant du Queyras. Là-haut, tout semble suspendu : le village au ciel, mais surtout, surtout, le temps. XVIIe, XVIIIe, XIXe, XXe, XXIe, on ne sait plus vraiment à quel siècle on navigue lorsqu’on arpente la longue rue où se succèdent dans une douce harmonie les ancestrales façades de pierre et de bois. Aujourd’hui, c’est un voyage dans les temps anciens que je vous propose.

Lettre à Lisbonne

Lettre à Lisbonne

Bleue, festive, mélancolique, douce,... Les qualificatifs ne manquent pas pour exprimer toute la richesse de Lisbonne. Mais derrière le duo cliché azulejos - bars à fado se cache un trésor bien plus inestimable à mes yeux, l'accueil chaleureux et la générosité de ses habitants.

Paris entre en Seine

Paris entre en Seine

Rhaaaa Paris, ses gens pressés, ses moues renfrognées dans le métro, ses rues bruyantes... Impossible de s'y la couler douce ! Impossible ? Pas si sûr ! Entre bals improvisés et apéros au bord de l'eau, je t'emmène dans un Paris qui respire l'insouciance.