Cheverny, tonnerre de Brest !

Et si on se baladait de château en château ? Sur proposition de Sabrina, du blog Entre Sarthe et Mayenne, le collectif de blogueurs et de blogueuses #EnFranceAussi t’emmène, en ce mois de février, partir à la découverte des plus beaux châteaux de France. Créé à l’initiative de Sylvie, du blog Le coin des voyageurs, #EnFranceAussi a pour objectif de te montrer les merveilles de notre territoire.

En m’engageant dans l’allée centrale, je me voyais projetée à la page 59 du Trésor de Rackham le Rouge, au moment où le capitaine Haddock, accompagné de Tintin et Milou, prend possession de la noble demeure de ses ancêtres. Sur le seuil de la porte, je m’attendais à ce que Nestor m’ouvre et m’accueille avec le ton obséquieux des majordomes. La réalité me rattrape au moment d’entrer dans le château : Cheverny n’est pas Moulinsart. S’il lui ressemble grandement, c’est parce que ce château de style classique a largement inspiré Hergé.

J’ai adoré Cheverny, et Tintin n’y est pourtant pas pour grand-chose. L’expo permanente dédiée à la célèbre bande dessinée qui a fait le succès du château auprès des visiteurs a bien amusé la tintinophile que je suis, mais ce n’est pas ce que je retiendrai en premier.

Si je devais résumer Cheverny aujourd’hui avec toi, je dirais que c’est d’abord une rencontre. Une rencontre avec une famille, les Hurault de Vibraye, propriétaire quasi non-stop du château depuis la fin du XVe siècle. Car oui, à la différence de ses plus célèbres voisins Blois et Chambord, Cheverny n’a jamais appartenu au domaine royal, et tu entres ici dans une propriété privée. C’est précisément ce qui lui donne un petit côté intimiste, avec des galeries de portraits de famille par-ci, une photo de mariage par-là… Par petites touches discrètes, la vie privée des proprios et de leurs ancêtres (je n’y ai pas vu le chevalier de Hadoque) s’immisce dans ton parcours de visite, et j’ai trouvé ça à la fois touchant et amusant.

Le château de Cheverny joue aussi la carte de l’extravagance. On enchaîne les salles – superbement décorées d’ailleurs – et l’œil distrait de la visiteuse un peu perdue dans la profusion de choses à voir finit par buter sur des meubles étranges. Jusqu’à réaliser. « Mais… Mais… Mais c’est fait en Lego » !?! Passé l’étonnement initial, on se prend au jeu à essayer de trouver parmi les salles ces drôles de pièces, parfois non sans mal. Si la Mona Lisa ne faisait aucun doute, je dois avouer que j’ai dû me concentrer pour classer cette table dans la catégorie des « fake meubles » ! Un petit côté ludique qui n’est pas pour me déplaire et qu’on retrouve dans le petit fascicule distribué à l’entrée.

Avouez que c’est plutôt bien foutu !

En bons tintinophiles, on avait pris le billet couplé avec l’expo permanente Tintin, installée dans une dépendance du château. Là encore, c’est le côté ludique et immersif qui prime, puisqu’on nous invite à toucher les boutons et autres reconstitutions rigolotes qui nous font revivre des scènes cultes des albums de Tintin. Pas vraiment Covid-friendly mais avec toutes les doses de gel hydroalcoolique installées dans la dépendance, ça passe. A ce propos, le château avait mis un protocole sanitaire aux petits oignons l’été dernier, avec sens de visite obligatoire et croisement de visiteurs réduit au strict minimum (il y a un endroit dans le château où on ne peut pas faire autrement mais la salle est vaste).

Dernier moment de la visite : le parc. Notre timing étant serré, nous avons opté pour le jardin potager et ses jolis parterres fleuris. Le parc est évidemment bien plus vaste et il aurait fallu passer un peu plus de temps pour profiter pleinement des lieux. Je fais abstraction des chiens de chasse, dont le nourrissage constitue une « attraction » à part entière. Personnellement, je me sens plutôt mal à l’aise à l’idée d’imaginer la barbarie de la chasse à courre qui se cache derrière cette « animation ».

Bref, chasse à courre mise à part, je suis ressortie ravie de la visite du château de Cheverny.

Sache que Cheverny est le 2e château de la Loire le plus visité derrière Chambord et que tu trouveras certainement de la foule sur ton passage. Visite en temps de Covid oblige, du temps où les sites culturels étaient encore ouverts, nous avions dû réserver nos entrées avant afin d’être certains de pouvoir visiter.

PS : je n’ai pas trouvé le trésor de Rackham le Rouge dans les salles du château, inutile d’insister !

Visiter le château de Cheverny

Plusieurs possibilités de visites, avec des tarifs différenciés :

• visite simple du château et du parc
• visite du château + exposition permanente « Les secrets de Moulinsart »
• visite du château + bateaux et voitures électriques (d’avril à novembre)
• visite du château + exposition permanente « Les secrets de Moulinsart » + bateaux et voitures électriques (d’avril à novembre)

Les infos pratiques (tarifs et horaires d’ouverture) étant susceptibles d’évoluer fréquemment, je t’invite à consulter le site internet du château de Cheverny.

Venir au château de Cheverny sans voiture

On ne va pas se mentir, se rendre au château de Cheverny en transports en commun n’est pas franchement la solution la plus pratique et la plus rapide. Néanmoins, cela reste possible (et c’est encore plus vrai à la belle saison).

La gare SNCF la plus proche : Blois-Chambord

Se rendre à Blois

En train, Blois est desservi par de trop rares liaisons directes depuis Paris-Austerlitz. En dehors de ces horaires, il faudra prendre une correspondance à Orléans ou à Tours, puisque Blois se situe sur la ligne de TER Orléans-Tours.

Attention, si comme moi tu prends le TGV pour aller à Orléans, il te faudra changer de gare. Un tramway dessert la gare TGV d’Orléans – Les Aubrais et la gare SNCF d’Orléans sans changement. J’imagine que c’est pareil à Tours, où la gare TGV se situe en sortie de ville (à l’époque où j’étais étudiante il y avait un train qui faisait la navette entre les deux gares).

Avis aux cyclistes, le TER Orléans-Tours accepte les vélos (je ne sais pas s’il y avait des racks spécifiques mais j’ai vu plusieurs cyclistes à bord avec leur monture), tant que ça ne gêne pas la circulation des personnes. Probablement plus compliqué en été vu la fréquentation du train (il était bondé quand je l’ai pris en juillet dernier). Si votre vélo est pliable, vous augmentez vos chances d’être accepté à bord.
Blois – Cheverny

A Blois, une « navette châteaux » dessert les principaux châteaux à la belle saison, au départ de la gare SNCF.

Autrement, la ligne 4 (Blois-Romorantin) dessert toute l’année le village voisin de Cour-Cheverny (mais il faudra probablement marcher un peu).

Cet article t’a plu ? Epingle-le sur Pinterest !

17 commentaires sur “Cheverny, tonnerre de Brest !

  1. Je ne crois pas l’avoir fait celui-là … J’avais effectivement entendu parler qu’il a inspiré Hergé. La table basse en Lego est impressionnante, si je n’avais pas regardé en détail, je n’aurai rien vu !

    1. Je commence à planifier des voyages rien que pour ça. L’an dernier, je suis allée à Turin avant tout pour voir la Sacra di San Michele, qui est l’abbaye qui a inspiré Umberto Eco pour le Nom de la rose. Je comprends mieux vu la force de ce lieu.

  2. Moi aussi, je suis allergique à la chasse à courre mais j’ai un grand amour des chiens, donc bizarrement c’est le souvenir qui apparait en premier quand je pense à Cheverny. C’est en tous cas un des châteaux que je préfère (cette fois sans parler des chiens 😀 )

  3. C’est génial les meubles et tableaux en Lego ! Hyper ludique et une belle manière de ramener un peu de modernité dans le Château ! J’étais déjà curieuse de la visiter, je le suis encore plus après ton article (pas seulement pour les Lego hein …) Merci pour la visite Delphine !

  4. Quelle visite enrichissante et étonnante. Château, histoire, Tintin et Lego. Nous sommes d’accord, on évite le sujet « chasse ».
    Merci beaucoup Delphine.

Laisser un commentaire