#UnJourDesTextes – Le berger, les randonneuses et les 20 rebelles

« Non mais c’est pas possible ! A chaque fois que j’ai le dos tourné c’est le même cirque. Quand j’ouvre l’enclos, t’en as toujours une qui ne comprend rien, qui part tête baissée. Et forcément t’as les copines qui suivent. Elles me fatiguent ! Et puis, ce n’est vraiment pas le moment. La météo annonce du vent en fin d’après-midi, va pas falloir traîner en chemin. Hé ho ! Hé ho ! C’est têtu quand même une brebis. Et puis là, on a de la basquaise, c’est fort en caractère. Allez les filles ! Hoooo ! J’ai beau faire de grands gestes, elles ne réagissent pas. Je ne vais quand même pas envoyer le chien ! Ohé !!! Pilipilipilipilipili !!! Allez, c’est fini la récréation là ! Je m’énerve mais en vrai, la scène me fait un peu sourire. Elles me surprennent toujours mes filles. Haaa les voilà. Ça ne presse pas le pas mais ça vient. Allez les filles, c’est pas tout mais on a encore du chemin à faire et je n’ai plus vingt ans ! »

Ilheou_le_lac_8
Acte 1

« Tiens, il n’y avait pas de bêtes tout-à-l’heure dans cet enclos ! » lui dis-je en apercevant les moutons regroupés derrière leur barricade de métal. Ce matin, quand nous sommes passées devant les minuscules cabanes d’Arras, dans ces montagnes verdoyantes, tout était calme. Hormis quelques randonneurs, l’endroit était désert. Cet après-midi, c’était une toute autre histoire ; nous nous tirions la bourre avec un autre groupe de randonneurs, moins rapide mais plus régulier que nous dans sa progression vers la crête. A hauteur des cabanes d’Arras, il faudra lâcher le GR10 et bifurquer à droite. C’étais sans compter la plus belle émotion de la rando. D’un coup, les brebis à peine libérées de leur enclos ont foncé droit vers nous, sans se préoccuper si nous étions sur leur chemin. Submergées par leur enthousiasme, elles se sont jetées à corps et à cris vers la pâture où paissaient déjà des blondes d’Aquitaine. Elles devaient bien être une vingtaine à tout casser, et, une fois la peur initiale de nous faire renverser évaporée, nous avons pris un malin plaisir à les observer. La scène qui se déroulait devant nos yeux avait tout l’air d’une pièce de théâtre en trois actes, avec un certain ressort comique.

Acte 1 – Une vingtaine de bêtes un peu trop entreprenantes se détachent du troupeau et se ruent sur l’estive voisine en manquant de nous renverser.
Acte 2 – Le berger, resté droit dans ses bottes avec le gros du troupeau, houspille ses brebis rebelles, essayant de leur faire comprendre à distance qu’elles se sont trompées d’estive. Entre les deux, trois copines n’arrivent toujours pas à choisir leur camp.
Acte 3 – Les récalcitrantes repartent piteusement en direction de leur berger. Le troupeau enfin réuni, chacun finit par repartir de son côté, le berger et ses brebis vers les prés d’altitude, et nous vers la crête du Lys.

Ilheou_le_lac_10
Acte 2

« C’est pas trop tôt ! Il en a mis du temps pour nous libérer de cet enclos ! J’en pouvais plus moi de rester agglutinée comme ça dans cet espace bien trop petit. Alors dès qu’il a ouvert la porte, je suis partie tête baissée. J’ai couru comme jamais. J’ai repéré, y a nos copines vaches de l’autre côté du sentier, c’est que l’herbe doit être bonne. C’est qui ces deux-là au milieu de notre chemin ! Oust, poussez-vous, j’ai faim ! Ah tiens, j’ai plein de copines qui m’ont suivie. Cool ! Gnommiammiamgnom. Qu’est-ce qu’elle est bonne, j’adore cette pâture. Hein ? Quoi ? Qui m’appelle ? Ah c’est lui. Keskidi ? Il est trop loin, j’entends pas. Enfin, je fais genre, parce qu’en fait, j’ai bien compris hein krrkrrkrr ! Ha mince, c’est pas là qu’on doit aller. Les filles ! Hé ho les filles ! Profil bas, on s’est gourées de pâture ! »

Ilheou_le_lac_11
Acte 3

Cet article fait partie de la série #UnJourDesTextes imaginée par @FromYukon. L’idée ? Ecrire, simplement. Partir d’une image, d’un mot, d’un thème, ou que sais-je encore. S’évader par le texte. Laisser divaguer son esprit.

Aujourd’hui, il était question de points de vue. Raconter une même histoire selon le point de vue de 3 personnes, se mettre dans le peau des différents protagonistes, en moins de 1000 mots.

Mon récit du jour raconte une anecdote vécue lors d’une randonnée au lac d’Ilhéou, dans les Pyrénées. Une rando que tu peux découvrir ici

Un commentaire sur “#UnJourDesTextes – Le berger, les randonneuses et les 20 rebelles

  1. Bravo pour cet exercice d’écriture drôle et vrai et si juste… les Alpes du sud et leur culture pastorale me manquent (je sais que là, il s’agit des Pyrénées, mais je ne les connais pas encore ;))… les photos sont de toute beauté, j’aime tellement ces paysages !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.