La Mercè, « festa major » de Barcelone

S’il y a bien une fête à ne pas manquer à Barcelone, c’est bien celle-là ! Point d’orgue du mois de septembre (la fête se déroule sur 4-5 jours autour du 24 septembre), la Mercè est un concentré de folklore catalan. Castells, capgrossos, gegants, correfoc… Tout y est !

Vous n’avez rien compris ? C’est normal ! Laissez-moi vous éclairer un petit peu.

Les castells

280117_merce_1
Voilà le tres de set !

La traditionnelle pyramide humaine. Il y en a de toutes sortes : les « pilars », les « tres de set », les « quatre de vuit » et cetera et cetera. Vous n’avez toujours rien compris ? Allez, je vous explique. Par exemple, pour un « tres de set », il faut comprendre « sept étages composés de trois castellers chacun ». Et le « quatre de vuit », c’est donc « huit étages de quatre castellers ». C’est plus simple comme ça non ?

Et pour le « pilar », et bien une image suffira.

280117_merce_2
Le pilar

Les castells se forment sur la plaça Sant Jaume, juste derrière la cathédrale. Vous ressentez l’intensité émotionnelle dans le public à ce moment-là, tant la hauteur de la structure impressionne. Surtout au moment où « l’enxaneta » (généralement un enfant) monte au sommet du castell, lève les bras pour valider la structure et redescend (souvent de l’autre côté de la pyramide). Si les castellers sont super entraînés, il n’en reste pas moins que la chute est assez fréquente. Et là, c’est un « ohhhh » suivi d’un gros blanc dans l’assistance…

Les capgrossos et les gegants

Les défilés des « grosses têtes » et des « géants ». Un défilé somme toute très classique, mais avec une tête disproportionnée ou une structure très haute et très lourde (et il n’y a qu’un seul porteur !).

280117_merce_3
Deux gegants sur la rambla

Les gegants sont mentionnés dès le XVe siècle. A l’origine, ils représentaient les figures bibliques lors des processions religieuses (l’objectif était alors d’enseigner la Bible à la population). Aujourd’hui, il y en a plus de 300 rien qu’à Barcelone ! De nombreuses personnalités catalanes ont leur version « gegant », j’ai ainsi pu croiser Antoni Gaudi himself et Salvador Dali ! Les capgrossos sont plus récents, du XIXe siècle. C’est à cette époque que capgrossos et gegants sortent de leur dimension religieuse pour investir les fêtes populaires.

Souvent, des associations extérieures sont invitées à participer au défilé. Quand j’y suis allée, c’était le carnaval de Notting Hill.

280117_merce_4
Le carnaval de Notting Hill a mis l’ambiance

La correfoc

Littéralement « course enflammée ». D’emblée, on comprend que le truc va être spectaculaire. Pour faire bref, la correfoc, c’est un spectacle pyrotechnique, mais au milieu de la foule. Bonjour l’angoisse ! Les participants, déguisés en diables, allument leurs dispositifs pyrotechniques puis passent en courant et dansent entre les spectateurs.

Parfois, ils poussent des petits chars très maniables en forme de dragons, également équipés de matériel pyrotechnique.

280117_merce_5
Dragon cracheur de feu lors de la correfoc

Et s’il vous reste du temps entre deux castells

Mon coup de cœur : le MUHBA. Le nom fait un peu barbare comme ça mais je vous assure que ça vaut le coup d’œil ! Vous descendez dans les sous-sols de la ville à la découverte de l’antique Barcino. Dans la partie romaine, la visite s’effectue sur des passerelles au-dessus d’anciennes boutiques, dont on devine aisément l’ancienne fonction.

Une fois sortis du musée, un tour du Barri Gotic et du quartier du Born voisin s’impose. Les ruelles étroites et la beauté des façades peintes agit déjà sur vous ! N’oubliez pas la cathédrale et son joli cloître verdoyant au passage.

280117_merce_6
Les célèbres bancs en mosaïque du park Güell

Ensuite, vous avez les « aimants à touristes » : le park Güell et la Sagrada Familia ! Ici, pas le choix, vous devrez composer avec la foule, mais les deux endroits valent quand même le coup (pensez aux billets coupe-file, ce serait dommage d’attendre deux heures !). Si vous aimez le modernisme, poursuivez vers la Casa Batlló, une architecture surprenante, tout en courbes, idéalement située sur le passeig de Gràcia. Juste à côté, la casa Amatller se visite également.

280117_merce_7
Lumière magique dans la Sagrada Familia

Pour finir en beauté, Montjuïc. La vue depuis le Castell, l’élégant stade olympique, la perspective spectaculaire sur le Musée national d’art de Catalogne depuis la Plaça d’Espanya, tout y est beau ! Et puis le Poble espanyol, pour avoir l’impression de revivre la scène finale du film Le Parfum ! Terminez la journée par le fabuleux spectacle de font màgica (« fontaine magique » en catalan).

280117_merce_8

Le Poble espanyol reproduit des maisons typiques de toutes les régions d’Espagne, comme un mini village.

Infos historiques sur les gegants glanées ici : http://forum-catalan.fr

 

2 réflexions sur “La Mercè, « festa major » de Barcelone

    1. Cette fête déchire tout ! Bon, pour info, l’année où j’y étais, Barcelone accueillait le Forum mondial, une énorme manifestation culturelle, dont la clôture coïncidait avec la Mercè. J’ai donc eu droit à une édition exceptionnelle, avec un feu d’artifice de malade (tiré depuis 11 pas de tir en mer, soit un « front de feu » de près de 2km. Seule énorme déception, l’annulation du concert de M parce qu’il avait plu 3 gouttes dans l’après-midi et que c’était trop dangereux pour le matériel électrique.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s